samedi 10 août 2019

ALTERITE

JUIFS, MUSULMANS, LATRAN
Les joies de la coloc...


L'altérité au Moyen Âge est une question majeure si l'on veut comprendre la société médiévale, et, par là même, le costume. La question est complexe... Ca commence à se préciser, mais il faut continuer les recherches.
Heureusement, les éditions Brepols viennent nous filer un coup de main en publiant un ouvrage commémorant les 800 ans de Latran IV, regroupant des communications réalisées lors d'un colloque tenu en 2015 (au passage, vous pouvez noter le temps entre un colloque et la publication scientifique qui suit... C'est un peu long... Un peu...)

L'ouvrage s'intitule Jews and Muslims under the Fourth Lateran Council, Papers commemorating the Octocentenary of the Fourth Lateran Council (1215), sous la direction de Marie-Thérèse Champagne et Irven M. Resnick.

Déjà, au niveau auteurs, on a de très bons intervenants.
Ensuite, les thèmes abordés sont tous passionnants et permettent de faire le point sur la situation avant et après.
Les papiers sont tous d'une grande qualité, c'est certain.

D'un point de vue personnel, j'ai vraiment été fascinée par deux articles, celui de Resnick sur le badge (rouelle, etc.) et celui d'Echevarria, dédié à l'impact du Concile sur les Musulmans d'Espagne. On trouve dans ces deux articles pas mal d'informations capitales sur le costume, sur les marqueurs.
Il existe déjà plusieurs articles concernant ces questions. Je pense en particulier aux écrits de Danièle Sansy ou de Diane Owen-Hughes (entre autres, la liste est longue). Mais les communications de Jews and Muslims ont l'avantage de remarquablement mettre en avant le pourquoi de la nécessité de l'imposition de ces marques, quand il y a eu imposition, et les réticences de certains chrétiens (là aussi avec le pourquoi).
Et comme on est au Moyen Âge, eh bien, comme toujours... Il est question (entre autres) de sexe... Si, si...

Comme si les sujets abordés n'étaient pas suffisamment majeurs comme cela... Les articles sont très agréables à lire. Ce qui ne gâte rien.

Des infos sur la page de Brepols Ici même

JEWS AND  MUSLIMS UNDER THE FOURTH LATERAN COUNCIL,
Papers commemorating the Octocentenary of the Fourth Lateran Council (1215)
Edited by
Marie-Thérèse Champagne 
and Irven M. Resnick
Turnhout, Brepols, 2018
€ 79

HAUTEMENT RECOMMANDE 
SI VOUS ETES INTERESSES PAR LA QUESTION 
DES AUTRES AU MOYEN AGE.

mercredi 17 avril 2019

GUIDE BIEN UTILE

LES TOMBES ROYALES BRITANNIQUES
Où sont passés les souverains anglais ?

Un petit bouquin format (grande) poche bien sympathique, et, mine de rien, très utile !


On va directement au sujet qui fâche...
Non, Fontevraud n'est pas en Normandie ! Là, j'ai fait un bond de 5m...

Et à part ça...
British Royal Tombs, d'Aidan Dodson, un prof d'égyptologie (une spécialité où on côtoie les morts, faut bien le dire), est un livre très intéressant, qui a été réédité il y a quelques mois.
C'est conçu comme un guide. On voyage, selon les régions d'Europe (mais surtout en Grande Bretagne).
Après, c'est présenté plus ou moins chronologiquement, avec indication du lieu de sépulture, entre Westminster, Worcester, Gloucester, Windsor, etc. En fait, c'est plus une présentation par familles que chronologique. Ne pas s'étonner des retours, en fonction des chapitres (et des événements historiques).

On y trouve tous les souverains qui ont, plus ou moins longtemps, régné sur l'île. Coucou Louis VIII !. C'est le seul capétien présent. On note aussi les Cromwell.

Les rois d'Ecosse ne sont pas oubliés non plus, puisqu'ils ont fini sur le trône d'Angleterre (ne cherchez pas les Gallois, en revanche). Ce qui a pour effet d'avoir des chapitres "anciens royaumes anglais", "Angleterre", "Ecosse", "Royaume Uni".

La distinction est faite entre les souverains régnants et leurs consorts, qui ont un chapitre à part. On trouvera aussi les souverains en exil.
La fin du volume contient une importante partie dédiée aux sites d'inhumations, qui récapitule qui est où, avec plans des bâtiments.

Ce petit livre est bien plus qu'un simple guide. En effet, on y trouvera des détails sur les tombes, leurs transformations, les déplacements de corps, les préparations des corps pour les funérailles, et, aussi, des infos précieuses sur ce qu'on a pu trouver (qui a dit "Textiiiiiiiiiles !!!!!" ? Pas tant que ça, en fait.)

Bref, j'ai bien aimé cet ouvrage, malgré le choc Fontevraud. J'y ai trouvé des infos très utiles, surtout dans tout ce qui concerne l'histoire des sépultures, des enterrements, des réenterrements, des ouvertures, des états de squelettes, etc.
Beaucoup d'illustrations, en noir et blanc. Photos des tombeaux, relevés, plans, etc.
Ce n'est pas le genre de livre qu'on lit d'un coup, mais bel et bien un ouvrage à consulter quand on cherche des infos sur les souverains britanniques.
Il y a, en prime, une bibliographie conséquente et l'indispensable index.
Un livre pratique quand on cherche à en savoir plus.

Aidan Dodson
British Royal Tombs
2de édition
Londres, Pallas Athene Books, 2004, 2018
320 pages

prix : environ £15, soit dans les 16€

TRES RECOMMANDE SI VOUS CHERCHEZ DES INFOS SUR LES TOMBES DES SOUVERAINS, SI VOUS ETES PASSIONNES DE ROYAUTE ANGLAISE, etc.


samedi 2 mars 2019

COMMUNICATIONS

EN AVRIL, CA DEFILE
A Madrid et à Londres

Madrid (photo Gryffindor, wikimedia commons)


Petite actu colloques.
Il y en a deux qui s'annoncent pour ce printemps.
Il faudra suivre, parce que c'est la même semaine (voire la même fin de semaine. Encore des avions en perspective). Dans les deux cas, les programmes sont très prometteurs !

Tina fait l'Espagne
Ma première intervention aura lieu à Madrid le 4 avril, en soirée (je découvre les horaires espagnols)
Le lieu : Université Autonome de Madrid.
Université Autonome de Madrid (normalement, ça doit ressembler à ça...)

C'est ma première visite dans cette ville... Je sens que je vais passer par le Prado et par un certain musée plein de tissus...
Museo del Traje (photo musée) En une journée, c'est faisable ?

Le colloque en lui même :
Iconotropia

photo du programme. UAM.

Le sujet en gros : costume et iconographie, avec l'exemple du Psautier de Stuttgart et des sources carolingiennes en général, avec questionnements sur leur fiabilité (Ce que j'en pense est développé quelque part dans ce blog !)
Là, on est vraiment dans une com sur l'iconographie chrétienne
Résumé :
Le Psautier de Stuttgart est l'un des plus célèbres chefs-d'œuvre de la peinture carolingienne. Coloré et totalement enluminé, empli de personnages de toutes sortes, il peut être considéré comme une bonne référence pour la connaissance du costume carolingien. On peut se demander si c'est vraiment le cas. Un examen du contexte est intéressant car l'abbé commanditaire était passionné par l'Orient. En outre, il semble que la majorité des costumes et objets représentés soient connectés avec l'Orient ou la tradition classique, y compris celle de la représentation des Orientaux. On ne doit pas oublier la nature du livre : un psautier.
Ceci ne peut être confirmé que par une approche méthodique d'autres sources de cette période, et d'avant. L'art romain, les peintures de Douros Europos et autres nous donnent de bons exemples qui peuvent être comparés aux images de Stuttgart. Il est aussi important de considérer les costumes portés par de « vrais » carolingiens.
Ceci peut nous conduire à une considération plus générale des costumes de type Stuttgart. Trouve-t-on ces caractéristiques dans d'autres manuscrits ? Pendant combien de temps ? Et, ce qui est primordial, sur quel type de personnages. Quels éléments du costume viennent du passé ou d'autres pays, afin d'ajouter du sens à certains individus représentés. Et quel sont les sens de ces sens ?
Les costumes sont des signifiants sociaux, et ils l'étaient déjà au Moyen Âge. L'art médiéval est basé sur les éléments signifiants. Il n'est pas étonnant que les costumes fassent partie du système iconographique. Il semble que le Psautier de Stuttgart soit effectivement un bon point de départ pour l'étude du rôle du costume dans ce système dans lequel les éléments anciens et exotiques sont importants.

Malheureusement, je ne pourrais pas rester pour la seconde journée de communications... parce que...
Direction Londres, pour le congrès du MEDATS  le 6... Donc journée du 5 : aéroports, avion, transferts, etc.

Retour sur le lieu de plein de crimes !
Londres, je connais... Je ne vais faire qu'y passer (le Londres de ma folle jeunesse a disparu avec elle... Hélas... Allez, j'irai faire coucou à Botticelli quand même !)




Le thème de la journée, ce sera : la laine
La laine fraîche
Et je vais donc présenter la tunique intermédiaire de sainte Claire.


Résumé :
La tunique intermédiaire de sainte Claire, un patchwork médiéval
Parmi les différentes reliques du protomonastère de Sainte-Claire à Assise, l'une est très peu documentée. Il s'agit de la « tunique intermédiaire » de sainte Claire, qui était portée entre la robe et la « stamina », une sorte de chemise. Ce qui rend cette relique incomplète digne d'intérêt est le fait qu'elle se compose de 11 fragments de laine. Il s'agit d'un exemple de remploi de morceaux de laine, de tailles différentes, formant patchwork. Etant un vêtement de sainte, la tunique n'est pas intacte car certaines parties ont été retirées d'une manière comparable à d'autres reliques contemporaines, un fait qui mérite d'être mentionné car il fournit des informations au sujet d'une possible hiérarchie des parties du corps. Ce qui reste le plus important est constitué des fragments de laine, qui ont été étudié lors de la restauration effectuée sous la supervision de Maria Giorgi en 1992-93. Même si elles ne semblent pas teintes, les pièces se distinguent par les tissages et les couleurs, offrant de précieux exemples de la diversité des tissages de la première moitié du XIIIe siècle. En outre, certains fragments peuvent être mis en relation avec des tissus plus connus, comme le blanchet ou des tissus vus sur des œuvres d'art.

D'autres sont à venir...

lundi 24 décembre 2018

MEDIEVAL CLOTHING AND TEXTILES

DRESSING THE SACRED: 
Medallion Silks and their Use in Western Medieval Europe


Medieval Clothing and Textiles 15 

Edited by Robin Netherton, Gale R. Owen-Crocker, Monica L. Wright

101-136 

IMPORTANT
ALL PICTURES ARE UNDER COPYRIGHTS.
TOUTES LES PHOTOS SONT SOUS COPYRIGHT.
(Exceptions: Pomposa, Henry the Lion)


Illustrations for the article published in Medieval Clothing and Textiles.
I wish to thank Boydell and Brewer, the publisher, and Monica Wright, ed. for accepting this opportunity to publish the colour versions of the photographs from my article as well as pictures that I can only show here, in my personal blog.  It is also possible to add some other pictures. 
It may be unusual, but why not trying the opportunities offered by the internet?

Les photos présentées ici sont les illustrations de l'article publié dans Medieval Clothing and Textiles.
Je tiens à remercier Boydell and Brewer, l'éditeur, et Monica Wright, la directrice de publication, pour avoir accepté cette opportunité de publier les versions couleurs des photographies de mon article, ainsi que des images que je ne peux que présenter ici, sur mon blog personnel. Il est aussi possible d'ajouter d'autres photos.
Cela peut sembler inhabituel, mais pourquoi ne pas essayer les opportunités offertes par internet ?

First of all, errata:
- In the article, I mention a silk fabric which is in Klosterneuburg, Austria, which is not a medallion. It seems that new studies date this fabric from the 14th c. and not from the 13th. 
- The Bitonto griffin is supposed to come from the pre-romanesque cathedral, which means it could date from the 11th c. and not from the 12th.
Avant toute chose, des errata :
- Dans l'article, je mentionne une soie se trouvant à Klosterneuburg, en Autriche (il ne s'agit pas d'une soie à médaillons). Il sem le que de nouvelles études datent cette étoffe du XIVe siècle et non du XIIIe.
- Le griffon de Bitonto est supposé appartenir à la cathédrale préromane, ce qui veut dire qu'il pourrait dater du XIe siècle, et non du XIIe. 

ORIGINS OF THE ARCHAEOLOGICAL SOURCES
ORIGINES DES SOURCES ARCHEOLOGIQUES 

Shrouds and Relics/Suaires et Reliques
Fig. 5.1: Shroud of St. Germain, Byzantine silk (tenth or eleventh century; Musée-Abbaye
Saint-Germain, Auxerre). Suaire de St Germain, soie byzantine, Xe ou XIe siècle.Photo: Tina Anderlini.
Fig. 5.2: Shroud of St. Colombe and St. Loup, Persian silk (eighth century; Musée de Sens,
Treasury, Inv. TC B 2). Suaire de ste Colombe et st Loup, soie perse (VIIIe siècle). Photo: Musées de Sens, J.-P. Elie.
Detail of a running dog from the shroud of St Colombe and St Loup, showing the three dots of the cintamani NOT PUBLISHED. Détail d'un chien courant, linceul de ste Colombe et st Loup, montrant les trois points du cintamani NON PUBLIE. Photo Tina Anderlini
Fragment of silk with medallion showing a crescent, Persian silk (10th century, Musée de Sens, Treasury) NOT PUBLISHED. Fragment de soie avec médaillon à croissant. Soie perse. NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
First shroud of St Potentien with geometric patern (9th c. ?, Musée de Sens, Treasury) NOT PUBLISHED. Premier suaire de st Potentien, avec motif géométrique. (IXe siècle ?), NON PUBLIE. Photo: Musées de Sens - J.-P. Elie
 
Second shroud of St Potentien with birds, tree and griffins, Byzantine silk (12th c. Musée de Sens, Treasury) NOT PUBLISHED Deuxième suaire de st Potentien, avec oiseaux, arbre et griffons. Soie byzantine (XIIe siècle). NON PUBLIE. Photo: Musées de Sens - E. Berry
Assumption, linen fragment (7th c., Musée de Sens, Treasury) NOT PUBLISHED. Assomption, fragment de lin. NON PUBLIE. Photo: Musées de Sens - E. Berry
Assumption, linen fragment (7th c., Musée de Sens, Treasury) NOT PUBLISHED. Assomption, fragment de lin. NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
Almond shape medallion from the shroud of st Victor (8th century, Musée de Sens, Treasury) NOT PUBLISHED. Médaillon en forme d'amande du suaire de st Victor. NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
Senmurv, Persian (?) silk (7th to 8th c., London, Victoria and Albert Museum) NOT PUBLISHED. Semurv, soie perse (?), (VIIe-VIIIe siècle). NON PUBLIE. Photo: Victoria and Albert Museum

Silk covering Fernando de la Cerda's coffin (dead 1275, Monasterio de Las Huelgas, Spain) NOT PUBLISHED. Soie recouvrant le cercueil de Fernando de la Cerda (Mort en 1275) NON PUBLIE. Photo: © Patrimonio Nacional

Embroidered garments/Vêtements brodés
Fig. 5.3: Detail of imperial dalmatic, embroidery on Chinese silk (beginning of the
fourteenth century; Vienna Kunsthistorisches Museum, Imperial Treasury). Détail de la dalmatique impériale, broderie sur soie chinoise (début du XIVe siècle) Photo: Tina
Anderlini.
Fig. 5.4: Detail of cope in opus ciprense (end of the thirteenth century; Museo della
Cattedrale, Anagni). Détail de la chape en opus ciprense (fin du XIIIe siècle) Photo: Bibliotheca Hertziana, Roma.

ICONOGRAPHICAL EVIDENCES
TEMOIGNAGES ICONOGRAPHIQUES

Influence of medallion silks on decoration
Influence des soies à médaillon sur les décorations  
Cloister of the cathedral of Monreale, Sicily, and detail (12th c.) NOT PUBLISHED. Photo: Fabien Piriou
Cloître de la cathédrale de Monreale, Sicile, et détail (XIIe siècle). NON PUBLIEE. Photo: Fabien Piriou
Oculus, Mazulo's Atrium, Pomposa Abbey (11th c.) NOT PUBLISHED. Oculus, Atrium de Mazulo, abbaye de Pomposa (XIe siècle). NON PUBLIE. Photo: Giulio Cordignano (Wikimedia Commons)

June, floor mosaic, Tournus Cathedral, France (12th c.) NOT PUBLISHED. Le mois de juin, pavement de la cathédrale de Tournus (XIIe siècle). NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
Fig. 5.5: Apse of the church of Ourjout, Bordes-sur-Lez, with astrological signs in medallions and, at the very bottom, painted imitations of hangings
with what appears to be medallions (beginning of the twelfth century). Abside de l'église d'Ourjout, Bordes-sur-Lez, avec signes astrologiques en médaillons, et, tout en bas, imitations peintes de tentures avec, il semble, des médaillons. The paintings were rediscovered in 2012. Peintures mises à jour en 2012. Photo: J.-F. Peiré, Drac Occitanie.

Fig. 5.6: Griffin in the remains of the original pavement at the Cathedral of Bitonto, Bari,
Italy (eleventh century). Griffon provenant du pavement original de la cathédrale de Bitonto, près de Bari, Italie (XIe siècle). Photo: Tina Anderlini.

Pair of griffins, remain of the original pavement of the cathedral of Brindisi (1178) NOT PUBLISHED. Griffons, reste du pavement original de la cathédrale de Brindisi (1178) NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
Griffin, remain of the original pavement of the cathedral San Cataldo of Taranto (1160) NOT PUBLISHED. Griffon, reste du pavement original de la cathédrale San Cataldo de Tarente (1160) NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
Leopard, remain of the original pavement of the cathedral San Cataldo of Taranto (1160.) NOT PUBLISHED. Léopard, reste du pavement original de la cathédrale San Cataldo de Tarente (1160) NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
Centaur, remain of the original pavement of the cathedral San Cataldo of Taranto (1160) NOT PUBLISHED. Centaure, reste du pavement original de la cathédrale San Cataldo de Tarente (1160) NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
Fig. 5.7: Fresco showing medallions with eagles in the Palazzo Bonifacio VIII, Anagni
(end of the thirteenth century; property of the Congregazione delle Suore Cistercensi della
Carità). Fresque montrant des médaillons avec aigles dans le palais de Boniface VIII à Anagni (fin du XIIIe siècle, propriété de la congrégation des soeurs cisterciennes de la Charité). Photo: Tina Anderlini.
Fresco showing medallions with eagles in the Palazzo Bonifacio VIII, Anagni, general view.
(end of the thirteenth century; property of the Congregazione delle Suore Cistercensi della
Carità). NOT PUBLISHED. Fresque montrant des médaillons avec aigles dans le palais de Boniface VIII à Anagni, vue d'ensemble (fin du XIIIe siècle, propriété de la congrégation des soeurs cisterciennes de la Charité). NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini.

Fresco showing medallions with vegetal patterns in the Palazzo Bonifacio VIII, Anagni, general view.
(end of the thirteenth century; property of the Congregazione delle Suore Cistercensi della
Carità). NOT PUBLISHED. Fresque montrant des médaillons avec motifs végétaux dans le palais de Boniface VIII à Anagni, vue d'ensemble (fin du XIIIe siècle, propriété de la congrégation des soeurs cisterciennes de la Charité). NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini.

Ceiling from Roger II's apartment (12th c., Palermo, palazzo dei normanni). NOT PUBLISHED.Plafond des appartements de Roger II (XIIe siècle). NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini.
Mosaic from the Palatine Chapel (12th. c., Palermo, palazzo dei normanni). NOT PUBLISHED. Mosaique de la chapelle palatine (XIIe siècle). NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini.

Figs. 5.8 and 5.9: Paintings from the ceiling of the chapter of the Collégiale de Notre-Damela-
Ronde (first half of the thirteenth century; now at Musée de la Cour d’Or, Metz). Fig. 5.8
(top): Griffin. Fig. 5.9 (below): Pair of panthers or lionesses. Photos: © Laurianne Kieffer,
Musée de la Cour d’Or–Metz Métropole.

Figs. 5.8 et 5.9: Peintures du plafond du chapitre de la Collégiale de Notre-Dame-la-Ronde, Metz (première moitié du XIIIe siècle, maintenant au Musée de la Cour d'Or, Metz)
 Fig. 5.8 (haut): Griffon. Fig. 5.9 (bas): couple de panthères ou de lionnes. Photos: © Laurianne Kieffer,
Musée de la Cour d’Or–Metz Métropole.

Medallion silks on fabrics in art
Soies à médaillons sur tissus dans l'art

"Trompe-l'oeil"
Imitation of hanging with medallions (before 8th c. Rome, Santa Maria Antiqua) NOT PUBLISHED. Imitation de tenture avec médaillons (avant le VIIIe siècle). NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini


Warrior, under false arabic window and medallions, fresco transferred to canvas, from the San Baudelio de Berlanga hermitage, Castile and Leon (ca. 1129-1134, New York, Metropolitan Museum, on loan to Prado Museum, Madrid). NOT PUBLISHED. Guerrier, sous une fausse fenêtre arabisante et médaillons, fresque transférée sur toile, de l'ermitage de San Baudelio de Berlangan, Castille et Léon (vers 1129-1134, New York, Metropolitan Museum, en prêt à durée indéterminée, Musée du Prado, Madrid). NON PUBLIE. Photo: Metropolitan Museum, Public Domain.
Funerary use and Furnishing
Usage funéraire et "Décoration"  
Fig. 5.10: Detail showing a fabric-draped coffin, from the predella of an altarpiece with
scenes from the life of St. Andrew, attributed to the Master of Roussillon (ca. 1420–30; The
Cloisters, Metropolitan Museum of Art, New York; Rogers Fund, 1906, 06.1211.1–.9). Détail d'un cercueil recouvert de soie, de la prédelle d'un autel avec scènes de la vie de st André, attribué au Maître du Roussillon (vers 1420-1430) Photo: Tina Anderlini

Miracle of St. Andrew, medallion fabric as bedspread, from the predella of an altarpiece withscenes from the life of St. Andrew, attributed to the Master of Roussillon (ca. 1420–30; The
Cloisters, Metropolitan Museum of Art, New York; Rogers Fund, 1906, 06.1211.1–.9). NOT PUBLISHED. Miracle de st André, tissu à médaillon utilisé en tant que couvre-lit, de la prédelle d'un autel avec scènes de la vie de st André, attribué au Maître du Roussillon (vers 1420-1430) NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini

Nativity, detail, another example of medallion fabric as bedspread (first quarter of the 12th c., Vals, église Notre-Dame). NOT PUBLISHED. Nativité, autre example de couvre-lit à médaillon (premier quart du XIIe siècle). NON PUBLIE. Photo: Thomas Charpentier, Terra Historica.
Garments
Vêtements
Fig. 5.11: St. Clare, from the Kamp-Bornhofen Triptych (1415; LVR-LandesMuseum, Bonn). Sainte Claire, du triptyque de Kamp-Bornhofen
Photo: LVR-LandesMuseum Bonn, Jürgen Vogel.
Fig. 5.12: Detail of fig. 5.11. Photo: Tina Anderlini
Fig. 5.13: Detail of the Majesté Batlló [Batlló Crucifix] (twelfth century; Museo Nacional
d’Art de Catalunya, Barcelona). Détail de la Majesté Batlló (XIIe siècle) Photo: Catherine Besson.
King Solomon, cathedral of Otranto (1166) NOT PUBLISHED. Le roi Salomon, cathédrale d'Otrante. NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
Alexander, cathedral of Otranto (1166) NOT PUBLISHED. Alexandre, cathédrale d'Otrante. NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
Funeral of a noble woman, the priest. (13th c., Brancion, église Saint-Pierre). NOT PUBLISHED. Enterrement d'une noble dame, le prêtre (XIIIe siècle). NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
Saint (8th c., Cividale del Friul,Tempietto Longobardo) NOT PUBLISHED. Sainte (VIIIe siècle). NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
Emperor Constantine and St Sylvester (13th c., Rome, Quattro Santi Coronati, Saint Sylvester Chapel) NOT PUBLISHED. L'empereur Constantin devant le pape Sylvestre. (XIIIe siècle). NON PUBLIE. Photo: Tina Anderlini
Gospel of Henry the Lion, wedding of Henry and Mathilda, empress Richenza on top left (1188, Munich, Herzog August Bibliothek, Bayern National Library, Codex Guelf. 105 Noviss 2° Clm. 30055, 171b). NOT PUBLISHED. Evangéliaire d'Henri le Lion, mariage d'Henri et Mathilde, l'impératrice Richenza est en haut à gauche. NON PUBLIE. Photo: domaine public.
Gospel of Henry the Lion (1188, Munich, Herzog August Bibliothek, Bayern National Library, Codex Guelf. 105 Noviss 2° Clm. 30055, 112). NOT PUBLISHED. Evangéliaire d'Henri le Lion. NON PUBLIE. Photo: domaine public.
Fig. 5.14: Fresco depicting the arrival of the body of St. Magnus in Anagni (thirteenth century; Crypt of St. Magnus, Anagni Cathedral). Fresque représentant l'arrivée du corps de st Magne à Anagni (XIIIe siècle, crype de st Magne) Photo:
Bibliotheca Hertziana, Roma.
The tomb effigy of Maria Laach
Le gisant de Maria Laach 


Fig. 5.15: Tomb effigy of Heinrich II (1270–1280; Maria Laach Abbey, Germany). Gisant d'Henri II de Luxembourg (1270-1280). Photo: Tina Anderlini
Figs. 5.16 and 5.17: Details of fig. 5.15.

Figs. 5.16 et 5.17: Détails de la fig. 5.15.

Fig. 5.18: Detail of the cushion from the effigy of Heinrich II. Détail du coussin du gisant d'Henri II. Photo: Tina Anderlini.

Fig. 5.19: Detail of the heraldic shoes from the effigy of Heinrich II. Détail des chaussures héraldiques du gisant d'Henri II. Photo: Tina Anderlini.